L'enfermement des enfants reprend de plus belle en 2014

Depuis début 2014 ce sont au moins 22 enfants et 10 familles qui ont connu le traumatisme de l’enfermement en rétention en France métropolitaine.

De vendredi 6 à lundi 9 juin, deux fillettes de 7 et 12 ans, accompagnant leurs parents de nationalité géorgienne, ont ainsi été enfermées au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot durant trois jours et trois nuits sur une décision du préfet de Meurthe-et-Moselle, particulièrement zélé en la matière, avant que la famille soit remise en liberté par le tribunal administratif de Melun.

Les deux enfants sont scolarisés en France depuis l’arrivée de la famille en 2011.

Déboutés du droit d’asile, leurs parents ont déposé plusieurs demandes de régularisation auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle, en vain. Sans prendre en compte leurs attaches et intégration en France cette dernière a décidé de les obliger à quitter le territoire. Assignés à résidence jusqu’au 15 mai, le couple et leurs enfants avaient respecté toutes les obligations de l’assignation, ce qui aurait dû les protéger contre un placement en rétention comme le prévoit la circulaire du 6 juillet 2012 relative à l’enfermement des enfants en rétention.

Malgré cela, vendredi 6 juin à l’aube, et sans qu’aucune autre décision n’ait été prise entre temps, les forces de l’ordre font irruption à leur domicile pour les conduire au CRA du Mesnil-Amelot à côté de l’aéroport de Roissy. Un vol pour Tbilissi étant prévu le jour même à 20 heures, la préfecture de Meurthe-et-Moselle décide de faire attendre la famille en rétention, contraignant ainsi leurs enfants à subir le système de l’enfermement et le traumatisme induit.   

Arrivés au centre dans l’après-midi, les parents sollicitent le réexamen de leurs demandes d’asile et introduisent un recours administratif contre les arrêtés de placement en rétention dont ils font l’objet.

Malgré la forte mobilisation locale à Mont-Saint-Martin, relayée par le Réseau Education Sans Frontières (RESF), le préfet de Meurthe-et-Moselle maintient la famille en rétention jusqu’à l’audience au tribunal administratif prévue le lundi suivant. Leur enfermement, qui dura ainsi trois jours et trois nuits, provoquera de fortes réactions de co-retenus, choqués d’être les témoins de l’enfermement d’enfants.

Lundi 9 juin, le tribunal administratif de Melun annule les arrêtés de placement en rétention qu'il estime illégaux, ce qui met fin à l’enfermement mais pas aux mesures d’éloignement. Une fois encore, nous ne pouvons que constater et déplorer l’illégalité de telles pratiques préfectorales.

La loi doit changer, une circulaire n’est pas suffisante pour mettre fin et interdire définitivement l’enfermement des enfants en centre de rétention, y compris à Mayotte où se sont près de 4000 enfants qui sont enfermés illégalement chaque année.

 

L'enfermement des enfants en centre de rétention

20 juin : journée mondiale des réfugiés

Résolution adoptée par l’Assemblée générale

Cinquantième anniversaire du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et Journée mondiale des réfugiés

L’Assemblée générale
  1. Félicite le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés de la façon dont il a dirigé et coordonné au cours des cinquante dernières années l’action internationale en faveur des réfugiés, et salue les efforts inlassables menés par le Haut Commissariat pour assurer une protection et une aide internationales aux réfugiés et autres personnes relevant de sa compétence et pour trouver des solutions durables à leurs difficultés;

  2. Félicite le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés de la façon dont il a dirigé et coordonné au cours des cinquante dernières années l’action internationale en faveur des réfugiés, et salue les efforts inlassables menés par le Haut Commissariat pour assurer une protection et une aide internationales aux réfugiés et autres personnes relevant de sa compétence et pour trouver des solutions durables à leurs difficultés;

  3. Réaffirme son appui aux activités menées par le Haut Commissariat, conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale, en faveur des rapatriés, des apatrides et des personnes déplacées; 

  4. Note le rôle décisif que jouent les partenariats avec les gouvernements et les organisations internationales, régionales et non gouvernementales, ainsi que la participation des réfugiés aux décisions qui affectent leur existence;

  5. Considère qu’en vertu des activités qu’il mène en faveur des réfugiés et autres personnes relevant de sa compétence, le Haut Commissariat contribue également à promouvoir les buts et principes des Nations Unies, en particulier ceux qui ont trait à la paix, aux droits de l’homme et au développement;

  6. Note que 2001 marque le cinquantième anniversaire de la Convention relative au statut des réfugiés de 1951, qui pose les bases fondamentales de la protection internationale des réfugiés;

  7. Note également que l’Organisation de l’unité africaine a accepté qu’une journée internationale des réfugiés coïncide avec la Journée du réfugié africain, le 20 juin;

  8. Décide qu’à compter de 2001 le 20 juin marquera la Journée mondiale des réfugiés.

Arrivée à Lampedusa

Court-métrage primé à Cannes. Son thème : la radiographie du poignet

La radiographie du poignet gauche : le test hasardeux qui est censé déterminer de la majorité ou non d'un jeune migrant... avec de terribles conséquences à la clé. Un des nombreux sujets traités dans la bande dessinée CRA.

Ce sujet a également été traité dans « Aïssa », le court-métrage de Clément Trehin-Lalanne qui a reçu la mention spéciale du jury au Festival de Cannes, dans la catégorie « court-métrage ». Il était le seul à représenter la France dans la compétition.

« Aïssa » raconte l'histoire d'une jeune Congolaise en situation irrégulière sur le territoire français. Elle dit avoir moins de 18 ans mais les autorités la soupçonnent d'être majeure et veulent la faire examiner par un médecin, afin de l'expulser.

Le court métrage met ainsi en lumière un dispositif méconnu : le « test de puberté » ou « examen de maturation ». Cette pratique peut conduire à l’exclusion du dispositif de l’aide sociale à l’enfance de mineurs isolés pour cause de prétendue majorité, ce qui peut s’avérer particulièrement dramatique pour ces mineurs qui se retrouvent seuls, sans soutien ni assistance et risquent d’être expulsés de notre territoire.

Or la fiabilité de tels tests est sujette à caution. L’Académie nationale de médecine a, en effet, considéré que les expertises osseuses ne permettent pas « de distinction nette entre 16 et 18 ans », la marge d’erreur pouvant atteindre dix-huit mois.

Mais de quoi s’agit-il ? : l’administration française fait pratiquer des examens médicaux, fondés en partie sur l’expertise osseuse, dont tous les spécialistes s’accordent à dire qu’elle est dépassée. La méthode d’évaluation de l’âge la plus couramment utilisée se fonde sur la radiographie de la main et du poignet gauche par comparaison avec des clichés de référence datant de 1930 et représentant une population d’origine caucasienne (répertoriés dans l’atlas de Greulich et Pyle).

source : http://www.actu-droitsenfant.com

Radiographie du poignet

Sihem Souid contre le front national

Sihem Souid est en colère contre les électeurs du front national.

Ancienne fonctionnaire de la police aux frontières, Sihem Souid publie son livre « Omerta dans la police » en 2010, un ouvrage dénonçant le climat raciste, sexiste et homophobe dont elle avait été témoin dans son service. À la suite de la parution du livre, le ministère l'avait suspendue, le 1er décembre 2010, pour "manquement au devoir de réserve".

Elle est dans la bande dessinée CRA !

Sihem Souid est en colère contre le front national

Le CLIC à la fête de l'huma Toulouse

Le CLIC sera à la fête de l'huma Toulouse samedi 7 juin à 15 heures, Toulouse, zone verte des Argoulets :

La vie des privés de papiers sous un gouvernement de gauche (Stand Toulouse Mirail)

avec Jean-François Mignard, membre du réseau éducation sans frontière et le collectif le CLIC, comité de liaison intercollectifs pour le soutien aux personnes sans papiers.

Le CLIC est dans CRA, il sera aussi à la fête de l'huma Toulouse

Les Grandes Bouches : « le plus petit big band du monde  »

Issus des collectifs toulousains Motivés et 100 % Collègues, Les grandes bouches ne sont que trois, mais sonnent comme vingt… comme qui dirait « le plus petit big band du monde  » !

Naviguant entre improvisation et travail millimétré, ces funambules de la corde vocale enchaînent jongleries et acrobaties sans jamais mettre en péril l’harmonie de leur prestation. Ça jazze, ça swingue, ça groove, ça nous entraîne un peu partout, la musique des grandes bouches est un méli-mélo stimulant où la vitalité surgit de nulle part.

«  Fils spirituel de Bobby Lapointe, des Double Six et de Claude Nougaro (dont ils reprennent «  l’Amour Sorcier  »), le plaisir des harmonies vocales leur trace la «  voie  ». Les mains frappent, les doigts claquent ! Lorsque Philippe improvise un scat des plus endiablés, Anne-Laure et Rémi lui répondent par des riffs d’un incroyable dynamisme…

Le contact avec le public est total, en bon Cab Calloway, Philippe lâche des «  bap doo wap  » immédiatement repris par cette chorale improvisée.  »

- Quentin Daniel (Le clou dans la planche).

Une bande dessinée avec les Grandes Bouches

Dernières planches de CRA

Hier mercredi 7 mai j'ai achevé la 120et dernière page de ma bande dessinée CRA !

Gros soulagement, mais il reste encore beaucoup de travail à faire : il y a des séquences à refaire, des images à redessiner...

ce qui devrait encore m'occuper jusqu'à la fin mai.

Et sinon : 

J'ai la date officielle de sortie du livre : le 28 août 2014 !

Aux éditions "Des Ronds Dans l'O"

Dernières planches de CRA

Premières images de la bande dessinée avec Juan Jimena

La bande dessinée CRA s'ouvre sur une performance très forte de l'artsite Juan Jimena.

Tirant une cage en bois bardée de barbelés, son corps striés de messages comme de traces de fouets, il s'avance christique jusqu'au centre de rétention, et répand les papiers absents aux migrants, comme des messages d'espoir.

« Toi qui chemine il n'y a pas de chemin le chemin se fait en marchant »
Antonio Machado

Premières images

Pages

S'abonner à Front page feed